Les salaires des patrons freinent leur progression ?

 

Différents rapports sont sortis ces derniers jours sur l’évolution salariale des patrons du CAC 40.Nous avons repris différents articles de presse (extraits) relatant la tendance.

En 2007, les émoluments des patrons du CAC 40 ont aligné leur progression sur celle des bénéfices des sociétés, rapporte le quotidien Les Echos dans son édition du mercredi 23 avril.

« Coïncidence, ou reflet de l’efficacité des politiques de rémunération des dirigeants au sein des grands groupes français? », s’interroge le journal.

Ainsi, la moyenne des rémunérations totales perçues par les patrons opérationnels de l’indice parisien vedette, hors attributions de stock-options et d’actions gratuites, s’est établie à 2,26 millions d’euros l’année dernière, soit une hausse de 4,3% sur un an (et l’équivalent de 147 années de Smic).

Parallèlement, les bénéfices totaux du CAC 40 ont progressé de 5% sur la période, à 97 milliards d’euros.  

La variable bonus : Les bonus auraient donc servi d’élément de corrélation entre salaire des patrons et résultats des sociétés. A titre d’exemple, Daniel Bouton a vu sa part variable supprimée après l’affaire Kerviel. Résultat: la rémunération totale du P-DG de la Société Générale a fondu de 62% en 2007. (…)

Parfois aussi, le bonus est indexé sur le cours de Bourse de l’entreprise.  

Une comparaison limitée : Reste que l’information dévoilée par les émetteurs ne permet de comparer que les salaires en cash, alors que les rémunérations en titres (stock-options et actions gratuites) constituent une part importante et sans doute croissante des revenus des patrons.  

  • Extraits d’article des Echos.fr (23 avril 2008) 

Par le jeu des bonus, le salaire total moyen en cash des patrons de l’indice de référence en poste depuis plus de deux ans s’établit à 2,26 millions d’euros, soit une hausse similaire à celle des bénéfices.  

Mais l’opacité sur les stock-options amène à relativiser ce constat. Coïncidence, ou reflet de l’efficacité des politiques de rémunération des dirigeants au sein des grands groupes français ?

Seule l’expérience permettra de le dire, mais force est de constater qu’en 2007 la progression des émoluments des patrons du CAC 40 a suivi, peu ou prou, celle des bénéfices des sociétés (…).

Qu’on en juge : en excluant de l’échantillon les dirigeants arrivés aux commandes après le début 2006, ou ceux dont le périmètre du poste a été modifié, on constate que la moyenne des rémunérations totales perçues par les patrons opérationnels de l’indice de référence, hors attributions de stock-options et d’actions gratuites, s’établit à 2,26 millions d’euros en 2007, en hausse de 4,3 % sur un an. Une progression fort proche de celle des bénéfices totaux du CAC 40, qui est ressortie à 5 % en 2007 (97 milliards d’euros).

On peut donc penser que le jeu des bonus, ces rémunérations variables que chaque société détermine selon ses propres priorités (…), permet de renforcer la symétrie entre salaire du patron et résultats de la société.

Bonne journée

A propos L'équipe StockBlog

Je fais partie du monde secret des stock-holders. Je travaille depuis maintenant 12 ans dans la même compagnie en tant que fiscaliste. Cela fait maintenant 6 ans que j'ai des Stock-options et actions gratuites.
Ce contenu a été publié dans Stockworld. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les salaires des patrons freinent leur progression ?

Laisser un commentaire